ANANDA DE LUCIA

Pensées Post-bouddhiques

Les informations publiées ici appartiennent aux archives de l'Humanité. Elles résultent d'une chaîne de relayeurs plurimillénaires,

non d'un moi-je prétentieux. Aucune source 'véritable' n'existe, l'origine d'une Pensée est hors du savoir acquis par l'ego. L'Esprit est absolument libre d'accès à tous les Êtres. L'Esprit est de toute éternité dans LA VIE et le Kosmos.

Je ne suis que mon propre maître et que mon propre disciple, celui de personne d’autre. De ce fait si c’est à moi que j’écris, j’offre également ces idées à d’autres apprentis sages. Fruits d'expérimentations, d'études, de méditations elles évoluent et sont mises à jour occasionnellement…

Terre et Galaxie.jpg

Les pensées post-bouddhiques, tout comme l’Éveil*, sont hétérodoxes. L’orthodoxie appartient à des esprits cristallisés dans une doctrine institutionnelle dogmatique. La pensée bouddhique est évolutive et par nature pédagogique, le Dharma* se transmet avec une vaste ouverture d'esprit via ses propres expériences sur la base de l'étude, la méditation et l'action. La Sagesse est la quête du Dharma : c'est un état d'esprit ouvrant en pleine Conscience à la connaissance, au savoir, au discernement et à la lucidité.

Les bouddhismes historiques, à travers les âges, ont 'inventés' des concepts inspirés par les Védas, puis par les multiples sutras transcrivant des aspects de l'enseignement des bouddhas et des bodhisattvas, autant qu'intuitivement par la méditation, la réflexion. Les influences de penseurs indiens et tibétains, chinois et japonais, des noumènes taoïstes, animistes, confucéens, ont produit divers systèmes de pensées syncrétiques. Ces écoles ont été étudiées par des universitaires non spiritualistes, et des chercheurs et praticiens spiritualistes aidés par des penseurs orientaux érudits, en occident puis en orient au cours du XIX et XX siècles. Depuis, de nombreux spiritualistes du Nouvel Âge* ont continué cette 'tradition' orientale de l'étude, la méditation, et l'action. Ce qui a fait naître de nouveaux syncrétismes et des modes opératoires inspirés, mais différents, des anciennes pratiques bouddhiques, védiques, taoïstes, animistes. Désormais au XXI siècle, si des écoles bouddhiques et védiques conventionnelles exercent toujours et ont une emprise sur leurs adeptes, des pensées post-bouddhiques affranchies des doctrines et dogmes officiels se développent, soit dans des groupes constitués, soit individuellement, selon le principe historique de l'élan d'ouverture et de libération spirituelle des philosophies bouddhiques et orientales. Dans ce contexte l’Être construisant sa relation au Monde*, élabore son point de vue spirituel en s'inspirant d'une pluralité de concepts en fonction de ses besoins. Il façonne des éléments philosophiques et métaphysiques à sa disposition pour créer à partir d’eux sa projection de l'existence dans Le Monde*.

Ainsi se développent des rêves d'évolution humaine individuelle (le 'rêve-évolution' remplace la révolution culturelle sociale et politique autoritaire) projetés par des Êtres éveillés, suivant les concepts et modalités du non-agir, du non-contrôle, de la bienveillance, et qui ont une incidence sur le devenir de l'Humanité au travers de diverses formes de conceptualisations et de concrétisations (les alternatives éthiques, socio-économiques, culturelles, etc.).

Le non-agir n’est pas une passivité, au contraire, c’est une condition du plus haut potentiel d’interférence de l'Âme avec Le Monde. La voie de LA VIE* est la mutabilité perpétuelle elle même. L’être et le non être, l’incarnation et la désincarnation alternent constamment. Il n’y a rien qui soit fixe ou immuable. Dans ce Nouvel Âge post-bouddhique l‘apprenti sage est un individualiste, aventurier de la non dualité avec Le Kosmos*, inspiré et confiant il suit sa voie propre excentrée des conventions sociétales, lucide des dysfonctionnements du Monde comme de ceux des activités humaines.

Chaque article est téléchargeable en PDF afin d'être imprimé pour le confort de la lecture et l'accès automatique aux notes de fin qui définissent le sens particulier des divers concepts exprimés.